Ouvrez les yeux ... Ils sont parmis nous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Balade au parc [Lia McFallen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abbigail Bloodywing

avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 25
Date d'inscription : 06/02/2010

Je Vois Les Morts
Vos Liens:
Votre Groupe: Chasseurs
Les Pouvoirs:

MessageSujet: Balade au parc [Lia McFallen]   Mar 16 Fév - 12:00





Nouvelle occasion de sortir pour les orphelins d'Acron. Le parc est donc envahi par un groupe chahutant et piaillant. Des ballons volent, des poupées abandonnées par leur propriétaire restent à terre, des châteaux se forment dans les bacs à sable. A l'écart, sagement assise sur un banc, un vieil ours en peluche poussiéreux dans les bras, la petite Abbigail regarde ce petit monde s'amuser bruyamment. Elle parle à voix basse, racontant une histoire à la peluche misérable qu'elle serre contre elle. Cette espèce d'animal cotonneux avait vécu l'accident de voiture en même temps que la famille Bloodywing. Autant vous dire qu'il n'en était pas ressorti intact. Il était recousu à plusieurs endroits, il lui manquait un œil et pas mal de coton. Mais il avait toujours une forme de nounours. C'était le plus important, n'est-ce pas ? Abby sourit au petit ours, prenant ses deux bras et les agitant doucement comme pour le faire voler.
Vêtue d'une petite robe bleue, avec des collants blancs et de petites ballerines marines, emmitouflée dans un petit manteau rose assorti à un bonnet péruvien et à des petites moufles, elle ressemblait à une petite fille parfaite d'une mauvaise série américaine. Serrant un peu plus le petit ours contre elle, elle posa à nouveau le regard sur les autres. Il y avait pas mal de monde. Et pas mal d'enfants. Pas de fantôme dans les environs, à première vue. Sautant du banc où elle s'était assise, elle prévint l'un des surveillants qu'elle allait se promener. Peu inquiet, celui-ci lui donna la permission en lui rappelant toutefois qu'elle devait être là à 16h, lorsqu'il faudrait rentrer. Elle hocha la tête et commença à marcher.
Le parc était assez joli, même en hiver. Certaines espèces de fleurs continuaient à pousser, se battant contre le froid, et bien décidées à se charger des quelques rayons de soleil qui brillaient par intermittence dans le ciel. Les arbres, ces longues silhouettes dénudées de leur feuillage, reposaient paisiblement au bord d'un petit étang, même pas gelé. Les petits cailloux du sentier crépitaient sous les chaussures de l'enfant qui avançait lentement, le regard perdu dans la profondeur de l'étang. Elle trébucha dans les graviers, son pied ayant heurté un caillou plus gros que les autres, et tomba à genoux, les mains contre le sol, empêchant ainsi son visage de heurter les perfides graviers.
Soupirant, elle se releva, épousseta sa petite robe, enleva les petites pierres incrustées dans ses paumes. Son beau collant s'était déchiré sur un genou et dévoilait une écorchure d'où un peu de sang coulait. Continuant d'avancer tout en enlevant les cailloux de sa main, elle ne vit pas la jeune femme qui se promenait en sens inverse, et la bouscula, son petit ours de peluche tombant à terre par la même occasion.
Abby releva les yeux, un air désolé peint sur sa bouille ronde, fit un petit geste de la main, pour la saluer et demander pardon simultanément.

Je suis désolée, madame, je ne t'avais pas vue...

Certaines formules de politesse semblaient manquer à la petite. Même si le vouvoiement n'existait pas en anglais, elle utilisait le même registre de langage pour parler à ses camarades et aux adultes. Triturant nerveusement ses petits doigts, la fillette se sentait mal à l'aise. Elle ne voulait pas faire de mal à cette jeune inconnue, elle l'avait poussée, l'avait heurtée avec une certaine violence, tout de même. Nerveuse au point d'en oublier le petit ours cotonneux à leurs pieds, la fillette grattait l'intérieur de ses mains, toutes rouges et chaudes, parsemées de petites coupures après le choc qu'elles avaient reçues lors de sa chute. Elle allait se faire gronder par le surveillant parce qu'elle n'avait pas fait attention. Elle espérait silencieusement que la jeune femme n'irait pas se plaindre auprès des responsables de l'orphelinat, comme quoi la petite l'avait agressée où simplement parce qu'elle était trop inattentive aux autres, car la fillette était sûre d'être punie si elle le faisait. Doucement, elle releva les yeux vers la demoiselle, timidement.

Je t'ai fait mal ?

Priant pour que la réponse soit négative, la petite fille jouait toujours de ses mains pour en enlever les derniers restes de pierre et les bouts de peau qui dépassaient. Ses yeux tristes plantés dans ceux de la jeune femme, elle souriait timidement, espérant que tout allait bien. Oh, oui, il fallait que tout aille bien, sinon que diraient les surveillants ? Comme d'habitude, en fait, ils prétendraient qu'elle avait un problème psychologique du à l'accident, qu'elle avait des hallucinations qui l'empêchaient de se concentrer sur ce qui l'entourait, et une fois rentrés au pensionnat, elle serait punie, devrait copier des lignes ou privée de quelque chose, comme d'aller au grenier, par exemple. Tout ça ne promettait rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lia McFallen

avatar

Féminin
Nombre de messages : 13
Age : 31
Emploi : Chanteuse / Serveuse
Date d'inscription : 07/02/2010

Je Vois Les Morts
Vos Liens:
Votre Groupe: Chasseurs
Les Pouvoirs:

MessageSujet: Re: Balade au parc [Lia McFallen]   Jeu 18 Fév - 20:00

La ville d' Acron était une paisible petit bourgade paisible, loin des rumeurs et du tumulte assourdissant de la grande ville. Bien sûr, ce n'était pas la campagne mais une ville en plein essor mais pas encore assez pour que les espaces verts, les champs et autres aient disparu pour laisser la place à des gigantesques gratte-ciel qui vous bouchez la vue... Ici, on pouvait respirer l'air frais à plein poumons, on entendait encore les oiseaux chanter au lever ou au coucher du jour, des arbres fleurissaient au printemps et il arrivait quelques fois que des lièvres égarés croisent votre route, levant de grands yeux effrayés vers vous puis détalez à toutes pattes ...

Comparez à la vie qu'elle avait pu avoir à Londres, ce nouveau lieu de vie était un vrai petit paradis pour Lia. Le bruit du vent dans les branches, le bruit de ses pas sur l'herbe humide du matin, l'odeur de la pluie du bitume, le son des feuilles mortes que l'on poussent avec ses pieds lorsque l'on marche dedans... C'était tout autant de petites choses qui pouvaient paraître simple, voir même banal pour certain , mais qui était une incroyable façon pour la jeune Chasseuse de retrouver un peu de la sérénité.

Il y avait pourtant des années que le drame qui avait détruit sa vie avait eut lieu, certain aurait dit que ses blessures auraient pu cicatriser, si ce n'est disparaître même... Mais il y a des drames qui vous modifiez un être. La mort, même si elle ne durait que trente secondes, était un de ces évènements. Surtout lorsque vous y gagniez un don qui vous rendez... 'Différent'. Devenir une Chasseuse était une évolution de carrière qu'elle n'avait pas envisagé. Voir les fantômes, devoir les guider, les aider à passer de l'autre côté et par la même occasion à enfin trouver la paix, voilà quelques choses qu'elle ne se serait pas attendu à vivre.

Mais d'une certaine manière, côtoyer le monde de l'au-delà chaque jour que le destin vous offrez, avait été une certaine façon pour elle de ré-apprendre à vivre. C'était étrange certes, mais c'était ainsi, elle n'y pouvait rien. Peu à peu, elle avait repris goût à la vie, à sa vie : elle s'était remise à jouer du piano, puis de la harpe et même écrire de temps en temps. Mais chanter, entendre le son de sa propre voix, pire, le faire devant des gens, était encore une épreuve des plus difficiles. Bien sûr, le chant était encore sa passion et elle caressait toujours le rêve de vivre de sa passion mais... Il lui était plus simple d'être serveuse.

Et d'ailleurs, ce petit boulot lui permettait d'avoir des horaires un peu plus souples, notamment de bénéficier de sa matinée et de son après-midi. Elle avait ainsi organisée sa petite vie dans une routine quotidienne : se lever, se doucher, un petit-déjeuner, faire les courses, ou un peu de cuisine pour sa voisine, une charmante mama camerounaise un peu déborder avec ses sept petites terreurs, puis une balade au parc pour l'après-midi...

Qu'il fasse beau, qu'il pleuve, qu'il vente, elle y allait chaque jour, faisant une longue balade, respirant l'air pure, marchant à pas souple et mesuré, le nez dans le vent, son regard gris-bleu vagabondant sur le paysage qui l'entourait. L'endroit était à la fois changeant et semblable, aussi bien les enfants qui courraient dans tous les sens ou encore ses couples sur les bancs qui se bécotaient tranquillement...

Mais là, sa petite se retrouva bouleverser, enfin plutôt bousculer, par une petite silhouette, arrivant à peine à la hauteur de ses genoux. La demoiselle, une jolie petite fille blonde dans une robe plissée et aux souliers cirés, se retrouva à terre. Lia cligna ses yeux bleus aciers alors que l'enfant se confondait en excuse, se sentant visiblement coupable . Elle ne put retenir un sourire et se pencha vers la jolie fillette, et souffla :


Ne t'inquiètes pas , je vais bien ! *elle aperçut un ourson sur le sol, qui avait visiblement plus que bien vécu et s'en saisit * Oh ! Il est à toi?

Elle épousseta un peu la peluche puis le tendit à la fillette et s'est à cet instant qu'elle remarqua les égratignures.

Oh ! Mais tu t'es fais mal ma puce ! Attends, viens avec moi !

Elle souleva sans difficulté, et sans lui demander son avis non plus, l'enfant et l'amena vers une petite fontaine non loin. Elle la cala sur sa taille, ouvrit le robinet et glissa ses doigts sous le filet d'eau. Elle passa ensuite sa main humide sur les plaies tout en papotant :


Hé bien ! Tu es courageuse ma petite puce ! Ca ne t'as pas fait mal?


Se rendant compte qu'elle ne s'était pas présentée et qu'être emporté par une inconnue n'était peut-être pas des plus rassurants, elle ajouta :


Tu sais, tu peux m'appeler Lia, puce... Et toi, comment t'appelles-tu? Tu es toute seule ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creatio.nightforum.net/
 
Balade au parc [Lia McFallen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Balade en amoureux (pv Charlotte)
» Petite Balade Avec Pauline (pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost :: Beacon Hill [Quartier Riche Et Ancien] :: Boutiques Et Divertissements :: Parc-
Sauter vers: