Ouvrez les yeux ... Ils sont parmis nous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chaque forme d'art est un chef-d'œuvre en soi... [Elya Caldwell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Chaque forme d'art est un chef-d'œuvre en soi... [Elya Caldwell]   Mer 25 Fév - 18:49

Une ruelle un peu sale, quelques papiers gras sur le sol, des veilles cannettes de bières et des mégots de cigarette. Des gens de toutes ethnies, des vêtements suspendus aux fenêtres ou sur les vieux escaliers de secours complètement rouillés. Un mélange d'urine, d'essence et de fumée dans l'air. Bienvenue à Crown Heigths. Bienvenue dans les quartiers pauvres d'Acron.

Pourtant, Lia Mcfallen aimait bien ce petit coin. Ce n'était pas le petit luxe bourgeois de sa
maison familiale, ni le confort de l'appartement de son amie à Londres mais... Elle se sentait bien ici, détendue. Depuis son arrivée puis son départ de la capitale anglaise, un peu précipitée, elle n'avait pas vraiment eut le temps de poser. De réellement démarrer une nouvelle. Et puis... Il avait aussi fallu qu'elle assimile le fait qu'elle était une... Euh? Comment déjà? Ah oui! Une chasseuse. En gros, elle pouvait voir et communiquer avec les fantômes. Un peu déroutant, voir même souvent terrifiant quand on était une trouillarde comme Lia mais... D'un autre côté, sans ce don bizarre, elle n'aurait sans doute jamais liées d'amitiés avec Ally, la grande de sœur de Valentine. Ni retrouvé Valentine Bligh d'ailleurs... Ni se trouvait une petite sœur aussi adorable que Zora. Ni suivre une formation sur les fantômes avec Indiana... Le monde de Lia était étrange depuis un moment maintenant mais...Elle s'était mise à l'aimer
ainsi.


De plus, son arrivée précipitée à Acron s'était faite plutôt en douceur quand on y repense. Grâce à ses maigres économies, et au fait qu'elle avait pu passer la frontière canadienne pour se servir de sa carte bleue aux États-Unis, elle s'était trouvée un logement à la limite de l'insalubrité mais... Elle avait des voisins merveilleux. Dont Mama Donna, une grosse femme
noire, mère de sept enfants, rien que des garçons, au tempérament joviale et qui avait toujours rêver d'avoir une fille. Aucun de ses fils n'étant marier, la jolie nouvelle voisine blanche à la voix de rossignol fut la sienne d'autorité. Souvent, Lia trouvé sur le pas de sa porte, John ou Kasey, les deux cadets de Mama, un plat fumant dans les mains ou encore un sac empli de vêtements. En échange, Lia garder le dernier né de Mama, un petit bout d'un an
joyeux et très vif pour son âge, surveiller les plus grands qui jouaient en bas de sa fenêtre ou passer la soirée à chanter pour Mama qui vaquait à ses occupations.


Et elle ne savait pas comment, Mama trouvait toujours le temps de lui fourrer un carnet à dessin dans les mains quand elle allait voir Zora dans le loft luxueux de Cordell. Et lui recommandait bien de ne pas étrangler le jeune homme, un médecin était toujours utile dans les relations d'une jeune femme selon elle.

En parlant de Zora, Lia se rappela qu'elle avait promis de venir la voir aujourd'hui. Cordell allait sans doute râler lorsqu'elle sonnerait à sa porte mais elle s'en fichait royalement. Zora et Indiana étaient ses deux seuls contacts avec sa « nouvelle » vie. Mise à part Mama et sa famille mais elle se voyait mal parler de fantômes avec eux.... Et en quittant Londres, elle n'avait plus aucune nouvelle d'Ally, encore moins de Valentine. Elle descendit les escaliers, quatre à quatre pour éviter les marches crasseuses et/ou branlante, et se retrouva devant l'immeuble.


Ou le gardien, armait d'un seau de peinture et d'un gros rouleau à la main droite, semblait à deux doigts de mettre une bonne gifle à Jared et Daniel. Deux autres enfants de Mama. Très enclin aux bêtises et aux mauvaises farces. Lia leva les yeux au ciel, serra son écharpe autour de son cou et héla les deux sales gosses :


Jared et Daniel! Venez ici!

Ni une ni deux, les deux mômes se replièrent derrière elle, trop content d'avoir un rempart contre le Cerbère qui servait de gardien à l'immeuble. Lia lui adressa son sourire le plus doux et demanda d'une voix innocente :

Que se passe-t-il, Monsieur Potter?

L'homme jeta un dernier regard mauvais aux enfants, qui lui tirèrent la langue, puis poussa un soupir lasse et expliqua :

Bonjour, mademoiselle Mcfallen! Ces deux garnement refusent absolument que je repeignes le mur extérieur! Des voyous ont encore fait des graffitis dessus et si jamais le propriétaire vient faire un contrôle et qu'ils y sont encore...

Lia haussa un sourcil, suivant du regard le pan du mur indiqué par le gardien. En fait de graffiti, c'était un dessin réalisée à la bombe de peinture. Une grande cascade, entouré d'un début de forêt luxuriante, visiblement inachevé. Effacée ce dessin? Mais pourquoi?!


Effacée ce dessin? Mais pourquoi?!


Oooopppsss! Lia avait manifestement encore parlée à voix haute sans le vouloir.... Elle rentra malgré elle sa tête entre ses épaules sous le regard noir que lui lança l'homme


Enfin... Euh... C'est magnifique, je ne vois pas pourquoi on devrait le faire disparaître... C'est du gâchis!


Nouveau regard noir. Ah? Encore une fois, mauvaise option....
Revenir en haut Aller en bas
Elya Caldwell

avatar

Féminin
Nombre de messages : 55
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Chaque forme d'art est un chef-d'œuvre en soi... [Elya Caldwell]   Dim 1 Mar - 20:00

Ce n'était pas l'un des mes quartiers favoris, probablement parce que j'avais grandi dans un quartier beaucoup plus chic. Pourtant je ne redoutais pas de m'y promener, j'y avais mes habitudes puisque l'un de nos peintres fétiches préférait vivre au contact de la vraie population comme il aimait à le dire. Je connaissais donc un peu les rues, mais très peu sa population, voilà pourquoi l'on me dévisageais trop souvent à mon goût, certains regards étaient avenant tandis que d'autres reflétaient un mélange de haine et de colère sur lesquels je préférais ne pas m'attarder.

Mon début de semaine avait déjà été passablement chargé, entre la préparation de la soirée gala et jouer les guides pour Artigan, j'aurai apprécié que cette fois-ci je ne sois pas encore obligé de me charger d'un nouveau dossier. En effet ma patronne appréciait de se promener dans les rues à la découverte de nouveaux talents. Et voilà la raison de ma présence à Crown Heights.

Il me fallait trouver l'auteur d'une oeuvre de rue, ce qui faisait fureur en ce moment, j'allais renoncer quand j'entendis un homme et une femme parler. Mes yeux se tournèrent vers l'objet du dilème : un dessin magnifique mettait en valeur le quartier. Je pris le parti de me méler à la conversation.


"Je suis d'accord avec mademoiselle, et je sais de quoi je parle : je travaille à la galerie d'art de la ville"

Oups j'ai droit à un regard noir de la part de l'homme, aurais-je du me taire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chaque forme d'art est un chef-d'œuvre en soi... [Elya Caldwell]   Mar 3 Mar - 10:20

Lia était en train de rechercher des arguments susceptible de convaincre Monsieur Potter de
ne pas effacer la peinture. Mais il fallait bien avouer qu'elle avait plutôt du mal. Le gardien de l'immeuble n'était pas une personne spécialement sensible à l'art. Non pas qu'il n'est aucune culture personnel, quoique les avis sur ce point diverger grandement, mais... L'homme était plutôt du genre pragmatique, voir carrément terre à terre. A un point tel que s'en était terrifiant. Il avait faillit refuser à Lia le droit d'avoir une petite chaîne hi-fi chez
elle, sous prétexte que cela pourrait gêner certain voisin et entraîner l'arrivée de la police et une mauvaise réputation de son immeuble. La chanteuse avait eut toute les peines du monde à ne pas lui assener que la mauvaise réputation, son immeuble l'avait déjà et jouer
de son sourire le plus charmeur pour l'amadouer.


Mais elle avait pu avoir sa chaîne hi-fi... Et oh droit suprême, conservée sa harpe qu'elle n'aurait quitter pour rien au monde! Ça avait été déjà assez difficile de la trimballer
le plus « discrètement » possible de Boston à Londres puis de Londres à Acron pour qu'elle
accepte de la jeter dans la noirceur d'un garde meuble. Et elle n'avait pas les moyens de se payer un garde meuble, d'abord. Aussi, ne désespérait-elle pas de le convaincre qu'il n'y
avait aucun mal à conserver cette peinture sur le mur de l'immeuble. Ardemment soutenu par les petits points de Jared et Daniel, qui la poussaient discrètement dans le dos. Bien, à
la guerre comme à la ....


"Je suis d'accord avec mademoiselle, et je sais de quoi je parle : je travaille à la galerie d'art de la ville"

Ah? Tous les regards se tournèrent vers la nouvelle venue. Une jeune femme élégante, visiblement pas du coin,soigneusement maquillée, juste assez pour que l'on croit que soit naturelle en tout cas et les yeux rivés à la peinture. Lia resta un instant les bras ballants, à cligner stupidement des yeux puis revient à elle. Elle jeta un rapide coup d'oeil à Monsieur Potter qui ne semblait guerre convaincu. Huuummffff... Bien, allons-y à tâtons, qu'il ne lui prenne pas l'envie de jeter le seau de peinture sur l'œuvre:

Vous voyez bien, mademoiselle * autant reprendre le terme* travaille dans une galerie d'art... Réfléchissez un peu, si quelqu'un de la galerie s'y intéresse, il se peut très bien que la personne qui l'est dessinée devient célèbre * une lueur perplexe s'alluma dans les prunelles bruns ternes, savait-il au moins ce qu'était une galerie d'art? * Et si jamais on apprenait que vous effacez sa toute première œuvre...

Une lueur de panique s'alluma à présent dans le regard las. Ah! Ah! La menace sous-jacente d'un reproche émanent de Monsieur As, le propriétaire, un trentenaire sympathique quoi que un peu froid féru d'art sous toute ses formes d'ailleurs, avait de quoi faire réfléchir le gardien. Il fallait avouer que l'homme avait bien souvent fait planer la menace de renvoi, arguant qu'un gardien d'immeuble dans un quartier tel que celui-ci était un luxe dont les locataires pouvaient très bien se passer. L'homme demanda d'une voix hésitante à la nouvelle venue :

Ce que dit mademoiselle Mcfallen est vraie? * Lia leva les yeux au ciel* Vous croyez que celui qui a fait ça peu devenir célèbre?


Lia croisa les doigts dans la poche de son manteau et se tourna vers l'inconnue, avec espoir. Peut-être que....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chaque forme d'art est un chef-d'œuvre en soi... [Elya Caldwell]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chaque forme d'art est un chef-d'œuvre en soi... [Elya Caldwell]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti-Vodou; Un chef suprême pour le voudou est élu
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Le chef de la DCPJ accuse d'implication dans les kidnappings

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost :: ARCHIVES :: Archive Ancienne Version :: Saison 4-
Sauter vers: