Ouvrez les yeux ... Ils sont parmis nous
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elle va mourir... [Pv Nate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Elle va mourir... [Pv Nate]   Mer 15 Oct - 12:21

[HJ : alors n'ayant pas trouvé les belles petites images affiliées, je mets ça à la barbare. Donc :

Vendredi soir - à l'hôpital - PV avec Nate.

Niarf ^^].

"Vite ! Conduisez-la au bloc !!".

"Il me faut vingt et un milligrammes de péniline sinon elle va flancher !".

"Laissez tomber la sonde, on va l'intuber autrement !!".

"Allez !! Allez !! A trois ! Un, deux...".

Vlam ! Le bruit d'une porte qui se ferme. Et vlam ! Le bruit d'un corps tout frêle qui retombe sur le matelas mou d'un brancard blanc entouré de médecins et d'ambulanciers tout aussi pressés les uns que les autres.
Ils voudraient tant faire quelque chose, sauver l'existence de cette petite fille qui oscille entre la vie et la mort. Elle est là, reposant sur ces draps désormais maculés de son propre sang, un énorme morceau de métal vissé dans sa cage thoracique, explosant les os de ses côtes. Elle lutte à grand renfort de sondes respiratoires et d'appareils destinés à lui faciliter la tâche jusqu'à ce qu'elle ne parvienne à survivre par ses propres moyens. Son système imunitaire est encore trop faible et sa résistance décline à vu d'oeil... elle a fermé les yeux depuis quelques minutes.

"Vite ! On la perd !" Hurle un autre médecin ; et il commence un message cardiaque tandis qu'une infirmière tout près de lui prépare le défibrillateur.
Elle lance : "on dégage !". Et votre propre corps, même s'il n'est là qu'une image, vibre en même temps que celui encore vivant de cette pauvre enfant.

"Vas-y, p*tain, vas-y, souffla Valentine se rongeant les ongles tandis qu'il contemplait ce déchirant spectacle, bon sang mais qu'est-ce que t'attends, docteur de mes deux ?! Elle va clamser !".

"Tracé plat !! Recommencez !! Allez !!".

Le médecin exécutant le massage cardiaque se mit à compter à voix basse et énergique. Il retira ses mains au signal du défibrillateur et l'infirmière y appliqua les deux pôles une nouvelle fois. Le corps inanimé de l'enfant sursauta sous la décharge électrique et l'horrible "bip" sonore d'émettre toujours ce long et désarmant sifflement.

"Encore !".

Et ils répétèrent la même opération, en plein milieu de la salle d'accueil, là où l'enfant avait décidé de les abandonner...
Elle ne répondait définitivement plus.

"Non ! Non, elle doit...".

Valentine se jeta à son tour auprès d'elle et se saisit de l'une de ses mains qu'il serra aussi fort qu'il put entre les siennes. Il fixait de ses grands yeux sombres le visage livide et presque cadavérique de la pauvre petite fille. Elle devait avoir huit ou dix ans et la vie, en cette période de fêtes, ne lui avait pas apporté le plus beau des cadeaux.

Il avait vu l'accident... la voiture plier contre le réverbère... les parents tous deux éjectés de leur siège pour s'écraser quelques mètres plus loin... et la tôle froissée pénétrant avidement la chair de leur fille assise à l'arrière...
Bligh ne s'était pas fait prier et s'était empressé de suivre l'ambulance qui la conduisait à l'hôpital. Il ne savait toujours pas pourquoi il avait pris cette soudaine décision, mais toujours fut-il que son désir restait le même : il ne voulait pas la voir partir, pas maintenant. Il resserra sa poigne...

"Ne t'en va pas, petite... Je t'en prie. Il te reste tellement de choses à voir, tellement de choses à vivre ! Tu es là, c'est essentiel".

"Augmentez la puissance du défibrillateur !! Lança l'un des médecins, on dégage !".

Son corps ploya à nouveau sous la décharge.

"C'est de la folie, docteur !".

"Je t'en prie, crois moi, lui murmura-t-il, rien n'est plus angoissant que de se retrouver seul ici...".

Et il lui sembla un instant que l'enfant le regardait. Oui, elle venait d'ouvrir les yeux ! et maintenant c'était lui qu'elle fixait !
Les médecins réitérèrent leur tentative... le tracé resta plat... Celui qui faisait le massage cardiaque retira ses mains et tendit un dernier regard à ses collègues.
Elle ferma les yeux... il annonça d'un timbre sans couleur et monocorde :

"Heure de la mort : 19 heures 37.

Allez. Sortez-la de là".

Le docteur rabaissa le drap et Valentine retira précipitemment ses mains comme s'il venait de se brûler. Les yeux hagards, le visage blaffard, il fixa à tour de rôle les hommes et les femmes qui s'étaient battus pour la maintenir en vie et qui repartaient désormais chacun de leur côté, comme si rien ne s'était passé... Bligh, quant à lui, demeura stoïque au milieu de l'entrée, ne quittant pas des yeux le brancard de la défunte qui s'éloignait progressivement et quittait son champ de vision.
Ses poings se serrèrent. Ses mâchoires se contractèrent tandis que ses pupilles devenaient de plus en plus troubles.

"Fais ch*er...".

Il renifla puis tourna les talons pour finalement s'arrêter face à un homme. Son regard était vissé dans le sien. Le jeune homme passa une mèche de ses cheveux noirs derrière son oreille et se prit à frémir...
Revenir en haut Aller en bas
 
Elle va mourir... [Pv Nate]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amitié n'a pas d'âge ni de temps. Elle peut naître comme elle peut mourir à tout moment {Lou'&Tal
» Sa philosophie de la vie c’était qu’elle pouvait mourir à tout moment. Ce qu’il y avait de tragique selon elle c’est qu’elle ne mourrait pas. (JJ)
» Christelle va mourir [pv Chris, Gwenn, Yann et Charlotte]
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ghost :: ARCHIVES :: Archive Ancienne Version :: Saison 4-
Sauter vers: